Autoportrait en chevreuil, critiques d’élèves

Après un premier roman Pourquoi les oiseaux meurent en 2017, Victor Pouchet revient avec un second ouvrage, Autoportrait en Chevreuil, un roman à trois voix, perplexe et intriguant par son titre.

C’est l’histoire d’Elias, un bibliothécaire de 32 ans qui rencontre Avril une jeune femme pétillante qui tombe sous son charme rapidement. Il raconte son enfance traumatisante à cause de son père qui est médium et magnétiseur et qui fait vivre son fils dans un environnement hors du commun.

Elias porte un poids sur ses épaules qui l’empêche d’aller de l’avant, au cours du livre il s’ouvre petit à petit à Avril qui elle cherche à déterrer son passé.

Je conseille ce livre à des lycéens car il est bien écrit, Victor Pouchet utilise un langage courant. L’histoire est accrochante avec beaucoup de suspens. 

Mayssène

J’ai bien aimé ce livre car il n’est pas compliqué à lire, les personnages sont attachants (particulièrement à Eliass), le livre est bien écrit (j’ai beaucoup aimé le fait qu’on ait le point de vue de plusieurs personnages du livre ), les chapitres sont courts ça permet une lecture facile et dynamique.

Illyane

Ce livre m’a bien plus du fait de sa perplexité ainsi que des diverses questions qu’il nous amène à nous poser sur les mondes invisibles, ou encore sur notre vie en général. Je trouve que cette répartition en 3 parties qui rend la lecture plus vivante est un bon choix car cela nous diverties. J’ai beaucoup apprécié également les allusions à sa vie actuelle qui nous rapelle que c’est un récit passée (Elias qui compare son enfance à sa vie actuel).
Ce livre fait passer par toutes les sensations et émotions, entre des scènes émouvantes, des scènes tristes et joyeuses, ou encore de la surprise et de la pitié. La pitié est celle que j’ai le plus ressentie au début du livre car, la vie d’Elias ne fait pas rêver, mais la manière dont il s’en sort, que ce soit en trouvant Avril ou encore en arrivant à se construire une vie, je trouve que le personnage est très courageux car après tant d’épreuves, il réussit sa vie de manière à être heureux.
Quand Avril critique Elias sur son apparence physique et vestimentaire au début de son journal, on voit que malheureusement il a gardé des séquelles de son enfance car il n’a pas pu s’épanouir convenablement.
Le livre est donc à la fois original et intriguant sa rédaction est fine est soignée, ce qui nous permet de nous imprégner de l’histoire et de mieux profiter de la lecture…

Yanis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.